mortn0362

Pâle , amaigri par des fouilles éprouvantes Damien nous explique qu’il vient chercher auprés de nous repos et réconfort sur les conseils de ses coéquipiers Florent et Loïc . Nous ne demandons pas mieux un peu inquiets de le voir si fatigué . Melchior notre chien fête le voyageur qu’il apprécie ; celui-ci retrouve son allant après quelques jours de remise en forme et de sommeil .

. Le soir le ciel rieur et charmant se penche sur la Terre dans une langueur faite de frissons , de murmures d’oiseaux. Sans que rien ne le laisse prévoir des évènements imprévisibles et surprenants peuvent arriver, Damien en a la preuve…il raconte…

112692566167

« Depuis mon retour au Mas ,après quelques jours je me sens en pleine forme…Je décide donc de faire une escapade dans les collines qui entourent «  Le Mas Balthazar » j’en préviens mes hôtes tout heureux de voir que je reprends mes activités favorites,les excursions en solitaire , pour celaLiza me prépare un solide casse croûte pour la journée…et me voila sur mon chemin de découvertes ; le site est superbe j’ai avec moi mon camescope compagnon de tous mes voyages…. Le ciel est serein , l’air léger il fait beau….c’est vrai que c’est la veille de la Saint-Jean d’été . En marchant je pense à tous ceux qui vont rallier le Mas Balthazar c’est presque une tradition , je me réjouis à l’avance de les retrouver . Subtilement des effluves de parfum ambré m’enveloppent, une pierre roule sous mes pas , une brume venue je ne sais d’où flotte à quelques pas de moi , la tête me tourne un peu…sans doute la chaleur en est elle la cause , pourtant j’ai l’habitude. Je ressens une sensation bizarre , pas du tout désagréable , le parfum d’ambre s’intensifie….d’où peut il venir ? Imperceptiblement le paysage se modifie devant moi s’élargit , se déploie comme un éventail de lumière , les couleurs deviennent de plus en plus chatoyantes malgré la brume irisée qui m’entoure complètement à présent  tout reste tangible , palpable.

Je suis ici et maintenant….pourtant je « me Vois » « me Sens Ailleurs »……Je me « Sais » autre tout en étant……moi Damien Lepassant archéologue de mon état avec mes perceptions aiguës des choses et des êtres . Tous mes sens sont décuplés , que m’arrive t’il ? Il me semble que l’on m’appelle de très , très loin……

«Damien ? Damien ? »…le prénom résonne en moi….je sais que c’est le mien ? quelqu’un me secoue , mais je n’ai pas envie de revenir…puisque je suis là…enfin il me semble , j’émerge lentement d’un océan de lumière rose et or avec regret ….

Ici on me secoue , on me tire…Ailleurs On me dit…Va !

J’ouvre les yeux avec précaution , le ciel bleu nuit clouté d’étoiles vient à ma rencontre…voyons que se passe t’il…c’est déjà le soir ?mais il y a peine une heure , je quittais le Mas pour les collines , je devais filmer….. oh la la ma tête !

Perplexe je m’assieds , je me revois partir de la maison….marcher sur le chemin…ah le parfum ambré je le sens encore…la brume….l’éventail de lumière… ça me revient

« Damien oh Damien , tu m’entends ?parles moi, que t’es t’il arrivé ? tu as eu un malaise ?...c’était trop tôt pour une balade par cette chaleur je l’ai dit à Liza » soliloque mon ami Jan .

« -Non je n’ai pas eu de malaise »

« -Tu t’es endormi ? »

« -Non….non je ne sais pas ce qui s’est passé » .

Melchior me flaire en gémissant de joie, je lui dis « viens Balkis » je m’entends et ne comprends pas ; lui semble le savoir , debout contre moi il me lèche doucement , son regard de velours est remplit de tendresse .

Jan reprends  « qui est Balkis Damien ?  lui c’est Melchior » je ne réponds pas ; je le sais que c’est Melchior mais où est passé Balkis ? est ce que j’ai pris un coup de soleil ?

Tous les trois nous redescendons au Mas . Jan m’apprends que deux jours et une nuit ce sont passés depuis mon départ ; au début Liza et lui ne se sont pas inquiétés ,ils savent que j’aime vagabonder c’est dans mes habitudes et en plus j’avais oublier mon portable…..l’attitude inquiète de Melchior les a alertés , Jan l’a donc suivi . En arrivant au Mas Lia m’accueille avec son beau sourire….puis me regarde bizarrement , se tourne vers Jan qui lui aussi pose sur moi un regard un peu inquiet et m’entraîne vers la salle de bain :

-« regardes toi Damien » c’est moi dans le miroir , mais quelque chose a changé…. mes yeux sont devenus d’un bleu translucide qui n’a rien à voir ( c’est le cas de le dire) avec leur bleu habituel , ma peau a pris une teinte dorée , je suis aussi stupéfait que Liza et Jan ; nous ne faisons aucun commentaire tellement nous sommes…..plus que surpris !

Après m’être restauré ,je n’ai qu’un désir….dormir , je suis si fatigué ; le bain me délasse….mon lit est le bienvenu .Quand je me réveille deux jours et une nuit ce sont écoulés ; il me faut quelques instants pour réaliser que je suis au Mas , sans toutefois comprendre ce qui m’est arrivé .

Dans le miroir de la salle de bain je constate que mes yeux gardent ce bleu lumineux et mon teint est toujours doré….ambré , ambré ? ça me dit quelque chose….à ce moment mon regard est attiré par un bijou posé sur la tablette du lavabo….Lizaa dû l’y oublier tout en sachant que c’est moi qui l’y est posé; j’en ai la certitude lorsque je le prends entre mes mains .

C’est un médaillon , je suis obligé de m’asseoir en découvrant le merveilleux visage qui y est peint . Bouleversé , les larmes coulent sur mon visage sans que je ne puisse les retenir….un prénom éclate en moi en mille éclats :Solenza ! il me semble le crier…alors que c’est mon cœur qui lance en silence les syllabes lumineuses , mon Dieu où ai-je entendu ce prénom ? Telle une vague , les souvenirs de mon absence déferlent en moi , de plus en plus précis , vivants intenses….je revis mon cheminement sur le sentier . Vite je rejoins Jan et Liza,ne sachant dire qu’une chose « je me souviens » en leur montrant le médaillon . Nous nous installons au cœur de la maison : la grande salle ouverte sur les jardins ; aux creux de mes mains le bijou scintille en de multiples mouvances .Comme animé le délicat visage féminin nous subjugue ,a l’aide d’une loupe Jan décrypte les fines gravures à l’avers de celui-ci tandis que les cite de mémoire ,bien que ne les ayant pas vu,.je les sais tout simplement par cœur :

Bouleversé j’affirme « Yalos c’est moi , sur une autre Harmonique !

A nouveau les images,les sensations sont là ; Jan prépare l’écran

Je suis sur le chemin des collines , l’éventail de lumière déploie ses couleurs , « je conte» d’où je viens tout prés d’ici à portée de cœur et d’Harmonies, à Ceux dont je suis !

…En passant ,sans le vouloir

La Trame ténue de l’Intemporel

Je suis , me sens , me vois

Semblable et différent

Sur l’ Une des Rives

De la Subtile Gamme

De «  L’ Ailleurs »……

mortn0363