Myrddin

La nuit suivante, je rêve d’un Voyageur du Temps ,d’un berger ; de couleurs , de pierres taillées ; de fouilles , de fusion de verre multicolore , d’océan et de la première syllabe d’un mot « li.. » je ne me souviens pas de la suite mais celle-ci chante encore en moi à mon réveil , persiste , s’insinue .

Dans la journée j’entends Désiré chantonner trois notes li , la , é… J’en suis bouleversé , sans savoir pourquoi. Il continue cet étrange Ostinato ça me chavire ; j’ai la sensation que la Terre vibre , que le ciel s’ouvre puis tout s’apaise , le monde est immobile . Les saisons , les jours filent au galop .J’éprouve la sensation bizarre qu’il me faut me hâter , que le temps presse ! Pierre grandit , devient un adolescent .

Le jour arrive ou le Père Jouan n’a plus rien à lui enseigner…Pourtant quel érudit n’est il pas ! Solenza et Lucia en sont surprises , Olivier et Désiré un peu moins et moi….pas du tout ! C’est comme si je savais tout de Pierre

RETOUR

à

LA COLLINE de l’ATHANOR

Ce matin là , en parcourant les collines aux alentours de « Solidor » en compagnie de Pierre , celui-ci s’arrête , me montre celle de l’Athanor du doigt et gravement me dit :

-« Bientôt père il te faudra me mener là-haut » ce nom de père encore une fois me surprend , il me sourit et ajoute :

-« Avant ton départ avec maman ranges bien la Pierre des Etoiles à présent elle est complète…. pour l’enfant qui viendra ; moi je n’en ai pas besoin ? Elle…si , tranquillises toi tout ira bien ».

Je ne sais que répondre devant la haute Prescience de mon fils il me sidère ; j’ai la certitude qu’il comprend et sait beaucoup plus de chose que moi à son âge et je crains pour lui cette charge si lourde de sens sur tous les Plans !Nous terminons silencieusement notre promenade , mais nos esprits s’entretiennent.

Tandis que nous cheminons , brusquement sans signes avant coureurs , de gros nuages envahissent le ciel si bleu il y a un instant encore .

Le vent arrive brutalement , un vent qui soulève la poussière en tourbillons ; il hurle dans l’oliveraie que nous venons d’atteindre . Blottis à plat ventre l ’un contre l’autre derrière de gros rochers nous ne faisons qu’un ; levant un peu la tête nous voyons des « roues de feu » planer à quelques mètres du sol ; le ciel a viré au vert foncé avec des reflets de cuivre ; un grondement sourd , haletant comme le soufflet d’une forge fait trembler la terre…

L’Espace est en torsion , tout chavire il n’y a plus de sens , des arbres sont arrachés . Hachés menus les roches éclatent en gerbes d’étincelles .

« Solidor » semble être en dehors de cette monstruosité ! Toutes les collines flambent comme des torches sauf celle de l’Athanor auréolé de bleu nacré  . Personne ne sort de « Solidor »….Pierre et moi sommes la cible de cette horreur ; des hurlements sortent des entrailles de la Terre . Je serre mon fils contre moi....

61nQuand subitement surgit prés de lui un grand chien blanc et noir nullement effrayé par cette violence qui semble atteindre son paroxysme lorsque le bel animal pose une de ses pattes avant sur l’épaule de Pierre qui se retournant sur le dos l’accueille d’un : « Salut Melchior , te voila enfin , il est temps »et le caresse . Le dit Melchior se dresse de toute sa puissance aboie et gronde vers « ce je ne sais quoi » déchaîné contre nous….instantanément le calme revient ! Melchior se couche contre mon fils , lui lèche les mains puis les miennes ; un court instant nous nous regardons , se yeux d’or déborde de tendresse et d’intelligence….J’ai rencontré le même quand j’étais enfant en Oriasys c’était celui de Roch mon Ami Chien , je murmure ce nom…Melchior s’assied son regard est celui d’un enfant , il penche la tête sur le côté en jappant doucement puis se recouche .Comme il ressemble à Roch…cela va très vite dans mon cœur et ma tête….et si…. ! Le ciel redevient bleu ; les collines qui flambaient , les arbres pulvérisés sont intacts . L’Athanor « flotte » dans un double arc en ciel  .Seules quelques herbes folles roulent sur le sol poussèes par une brise légère. Pierre et moi nous nous relevons ; Melchior est superbe sa fourrure brille comme de la soie….

-« Tu le connais Pierre ?

-Bien sûr papa , il n’est pas d’ici tu sais bien… il est beau hein ? » Oh oui il est plus que beau , il est superbe et impressionnant ; il marche entre nous deux sûr de lui .

« Il est royal » dis je ce à quoi Pierre répond « Evidemment c’est un Roi Mage avec ce nom là ». Je les laisse me devancer ils cheminent de concert .

Melchior escorte Pierre tel un Protecteur…ce qu’il est j’en suis certain !Notre garçon devient un homme , depuis ce matin je vois encore plus le changement qui s’opère en lui , il mûri devient un vrai Saberéal !

A la maison , Melchior est accueilli avec joie ,sans méfiance par Mistral et Tramontane qui se met en frais de conquête pour lui . Cassiopée et Apollon quémandent une caresse avec force démonstrations câlines…c’est surprenant de leur part ! Tout de suite Melchior prend ses marques , il est chez lui et ne quitte pas Pierre un instant .Il va à la rencontre de Désiré avec des aboiements et des bonds joyeux….de vraies retrouvailles ; ce dernier le caresse lui parle doucement , Melchior le regarde en jappant en « demi-teinte » c’est un véritable échange qui se passe entre eux !

Le cycle du Temps va de l’avant ; je goûte chaque instant de tout mon être….Le moment crucial arrive à grands pas , j’en ai la conviction inquiète…c’est étrange comme sensation !

Pour les seize ans de Pierre , nous allons tous à la colline de l’Athanor comme nous le lui avions promis. Désiré nous rejoint sur le chemin . Le temps est superbe ; tout joyeux à notre départ Pierre devient de plus en plus grave à mesure que nous avançons . Il a passé un de ses bras autour des épaules de Solenza ; de temps à autre nos regard se rencontrent.

En arrivant au pied de la colline Olivier , Désiré et moi pensons à la première fois où nous sommes venus. Lucia et Solenza fredonnent ; nous les hommes montons les premiers pour guider nos compagnes tant qu’à Pierre il se débrouille très bien . La végétation a repris ses droits , le chêne Kermès n’a plus rien de souffreteux tout comme le romarin ; le ciel est serein , il n’y a pas un souffle d’air , les cigales stridulent …tout à coup une sensation étrange m’envahit.

Après avoir dégagé la terre nous mettons à jour les dalles que nous déplaçons à nous quatre ;l’escalier est là ,à nos pieds . Le même parfum subtil s’en dégage comme il y a seize ans…il me semble que c’était hier.

Olivier s’engage le premier , puis c’est le tour de Pierre , de Solenza , Lucia , moi Désiré ferme la marche . Sur le chemin , j’ai donné la Pierre des Etoiles à Olivier , nous nous sommes compris d’un regard . En silence nous refaisons le même parcours .

J’ai la certitude que ce moment est d’une importance vitale pour nous tous !

Lucia et Olivier marchent main dans la main , ils sont beaux ! Solenza est entre Pierre et moi , il entoure toujours de son bras les épaules de celle-ci , moi je la tiens par la taille. Désiré fidèle ami marche derrière nous . Je ralentis le pas comme pour retenir le temps , Olivier fait de même…mon cœur bat très fort , je serre Solenza contre moi , elle me sourit ; mon être entier chavire , je voudrais crier…

02dg

à suivre...